Critique du film Michel-Ange

Profil psychologique de Michel-Ange de Andreï Konchalovsky vu au cinéma « Le bijou » de Noisy-le-Grand (23/10/20)

Film russo-italien.

Michel-Ange ! Son nom parle pour lui. L’objectif du cinéaste n’était donc pas de faire une biographie linéaire de sa vie et de son œuvre, mais de rentrer dans sa peau, de voir avec ses yeux, de penser comme lui.

Les plans cinématographiques sont à couper le souffle avec des paysages magnifiques filmés avec un art consommé. L’atmosphère du début de la Renaissance est parfaitement rendue avec des personnages parfois un peu caricaturaux, mais c’est dans l’esprit moyenâgeux.

Alors Michel-Ange qui est-il ? Tiraillé par des enjeux politiques qui le dépassent, pour lui, seul le marbre ou la peinture n’ont de sens. Harcelé de toute part par des commandes contradictoires qui ne cessent d’affluer, il développe une psychose maniaco-dépressive à tendance paranoïaque. Tantôt, il s’attaque à un bloc de pierre immense appelé « le monstre » auquel jamais personne n’aurait même eu l’idée de se confronter. Tantôt, il se réfugie dans sa chambre sans ouvrir à personne, prostré dans sa douleur morale, durant plusieurs jours. Il se révèle aussi cupide que dispendieux. Pour le côté paranoïa, il se sent harcelé tout au long du film par des corbeaux, oiseaux de malheur.

Quelle est la vérité dans tout cela ? Personne ne sait vraiment, mais les génies sortent par définition de l’ordinaire. Sa passion pour l’art se révèle presque christique quand il est accusé par tous de traîtrise et menacé de mort. Son don, qualifié de divin, se révèle être aussi sa croix.

Un film original qui conjugue l’esprit russe et italien.

Franck Senninger

L'auteur : Franck Senninger

Franck Senninger est écrivain et médecin. Il écrit plus particulièrement des romans (Prix Littré, Prix de l'Orvanne littéraire du Rotary international), des nouvelles (Prix Cesare Pavese), des ouvrages de psychologie et de vulgarisation médicale. Ses livres sont actuellement traduits en italien, espagnol, portugais, polonais et en arabe. Il est membre de l'Académie Littré, président du jury du Cercle Leonardo da Vinci et ancien président du jury français du Prix Cesare Pavese (Italie). Il est aussi journaliste pour La Voce, le magazine des Italiens en France. Petit-fils de philosophe, trois générations de médecins l'ont précédé ce qui explique sans doute son attrait partagé pour la plume et le stéthoscope.

4 Replies to “Critique du film Michel-Ange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *