ITW de Joseph Balsamo

Interview postume de Joseph Balsamo

Mon interview d’une célébrité dans La Voce de février 2022 (pseudonyme Franco Berneri-Croce)

Franco Berneri-Croce : Monsieur Balsamo, je suis…

Joseph Balsamo : Appelez-moi Monsieur le Comte, s’il vous plaît… ou encore Dottore ou mon cher confrère, car nous le sommes n’est-ce pas ?

FBC : En effet, j’avais oublié que après avoir pris l’habit des frères de la Miséricorde, vous y êtes devenu infirmier puis médecin. Mais, je vous appellerais Monsieur le Comte. Encore que je ne sache s’il faut dire Monsieur le Comte de Cagliostro ou Monsieur le Comte de Pellegrini vous avez tant de noms divers. A mois que vous ne préfériez encoreChevalier de Sainte-Croix ? Non ? Alors, restons sur Monsieur le Comte. Donc Monsieur le Comte, vous êtes né à Palerme en 1743 et êtes venu une première fois en France en 1769 pour y revenir en 1780.

JB : Oui, j’avoue avoir beaucoup voyager en Europe, mais la France a eu ma préférence. C’est à Paris que j’ai découvert La Voce, le magazine des Italiens en France. J’ai notamment adoré le numéro 113 qui parle de la Sicile, mon pays natal.

FBC : Vous avez côtoyé les Grands de ce monde et notamment le cardinal de Rohan, Grand aumônier du roi Louis XVI qui a été impliqué malgré lui dans l’affaire du collier de la Reine qui a tant discrédité Marie-Antoinette et qui aurait précipité la chute de la royauté. On dit que vous auriez pris une certaine part dans cette escroquerie qui aurait rapporté 300 000 livres et dont…

 JB : Comment osez-vous ? Mon nom a été sali, c’est une calomnie !

FBC : Soit ! Toutefois vous avez été incarcéré à la Bastille pour cela puis expulsé de France.

JB : C’était une erreur judiciaire ! Il y a de quoi se retourner dans sa tombe !

FBC : Passons donc sur ce chapitre. Vous étiez considéré comme un « mage » un peu partout où vous passiez.

JB : En effet, j’ai notamment guéri de nombreuses personnes plongées dans une profonde affliction et cela de façon tout à fait désintéressée.

FBC : C’est tout à votre honneur. On vous dit aussi disciple du comte de Saint-Germain qui se disait immortel. Il vous aurait laissé le secret d’une eau de jouvence et, paraît-il, vous pouviez faire apparaître les morts. N’est-ce pas quelque peu exagéré ?

JB : Point du tout 

! J’avais certains pouvoirs et seuls les jaloux en doutaient.

FBC : J’ai lu dans les mémoires de Casanova…

JB : Casanova… Giacomo Casanova. Un drôle celui-là ! Je l’ai rencontré à deux reprises. C’est un aventurier qui ne pense qu’à trousser les femmes et à jouer de l’argent. Un jouisseur. Un menteur qui exploite la crédulité de tout un chacun.

FBC : C’est curieux, il porte le même jugement vous concernant. Il dit que usant de vos pouvoirs sur les personnes ont conduit à soutirer près de 500 000 francs à la marquise d’Urfé.

JB : Mais, je lui au révélé le Grand Œuvre alchimique ! J’ai été initié aux secrets de la franc-maçonnerie à Londres et j’ai créé à Lyon la loge nommée « sagesse triomphante ». Ah, l’alchimie ! Savez-vous que j’ai réussi à transformer le plomb en or ? Vous me répondrez pourquoi alors n’étais-je pas riche ? Eh bien quand on a tout l’or que l’on souhaite, on n’en a plus besoin. La franc-maçonnerie m’a beaucoup apporté et m’a enlevé plus encore. Savez-vous qu’après mon expulsion du royaume de France en 1786, je suis retourné dans mon pays natal. Eh bien, en 1791, l’inquisition m’a arrêté pour suspicion de pratiquer la franc-maçonnerie. On m’a condamné à mort pour hérésie, peine commuée en réclusion à perpétuité à la prison de San Loe dans les Marches. J’y suis resté jusqu’à ma mort en 1795.

FBC : Je suis désolé de l’apprendre. Heureusement les temps ont changé ! Merci, pour cette interview si intéressante. Je vous laisse reposer en paix, Monsieur le Comte.

JB : Oui, j’ai eu mon compte.

Retrouvez l’interview du dernier numéro, celle de Valentine Visconti

L'auteur : Franck Senninger

Franck Senninger est écrivain et médecin. Il écrit plus particulièrement des romans (Prix Littré, Prix du Rotary international, sélection au Prix Tangente de lycéens 2022), des nouvelles (Prix Cesare Pavese), des ouvrages de psychologie et de vulgarisation médicale. Ses livres sont actuellement traduits en italien, espagnol, portugais, polonais et en arabe. Il est membre de l'Académie Littré et ancien président du jury français du Prix Cesare Pavese (Italie). Il est aussi journaliste pour La Voce, le magazine des Italiens en France et cofondateur du Cercle Leonardo da Vinci, une association qui réunit les fils et amis de l'Italie. Il donne régulièrement des cours à l'Université Inter-Âge de Créteil et à l'Université Paris-Est Créteil. Petit-fils de philosophe, trois générations de médecins l'ont précédé ce qui explique sans doute son attrait partagé pour la plume et le stéthoscope.

2 Replies to “ITW de Joseph Balsamo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.