Comment lire l’étiquette d’un produit?

Je réponds aux questions santé des lecteurs de La Voce sous mon pseudonyme de journaliste (Franco Berneri-Croce)

Abonnement à La Voce

Savoir lire une étiquette
la Voce juin-juillet 2022

La qualité des aliments transformés, voire ultratransformés, laisse parfois à désirer. Tout le monde le sait. Il existe actuellement des nutriscores avec des lettres comme pour les déperditions de chaleur dans les maisons, et aussi des applications mobiles comme Yuka.

Les deux donnent des résultats intéressants, mais il peut être aussi judicieux de savoir ce qui justifie un bon ou un mauvais point.

Pour aider à la compréhension, il faut classifier les différents composants trouvés dans les aliments en différentes catégories.

Reprenons la liste habituelle des étiquettes.

Les colonnes

Teneur pour 100 g

La colonne « Teneur pour 100 g » donne la composition pour 100 g de produit, ce qui permet de comparer les différentes marques entre elles. Lorsqu’il s’agit de biscuits par exemple, il convient de savoir combien pèse un biscuit de la boîte pour savoir ce que l’on consomme réellement. Par exemple pour un biscuit de 20 g il faudra diviser les chiffres de cette colonne par 5. Normalement le poids d’un biscuit est aussi inscrit sur l’emballage.

% AQR pour 100 g

Les colonnes donnent aussi le % AQR pour 100 g. Les AQR sont les Apports quotidiens recommandés, autrement dit le pourcentage de ce qu’il faudrait prendre dans chacune des catégories mentionnées pour rester en forme. Là aussi, il faut rapporter au poids de chacun des éléments consommés pour quantifier ses apports recommandés.

Les AQR

Cette colonne que presque personne ne regarde est assez intéressante. Elle est le reflet de la densité énergétique d’un aliment. Par exemple, l’alcool apporte beaucoup de calories et peu de minéraux ou vitamines, il a une densité énergétique faible. En revanche, un aliment faible en calories et qui apporte de bons pourcentages dans les différentes rubriques a une densité énergétique plus élevée.

Matières grasses dont acides gras saturés

En général, il ne faut pas plus du tiers d’acides gras saturés. À titre d’exemple, s’il y a 24 g de matières grasses, il faudrait au maximum 8g. d’acides gras saturés.

Glucides dont sucres

Cette formulation est assez amusante, car les glucides sont des sucres au sens large. Néanmoins lorsqu’on lit sur une étiquette « glucides dont sucres », ces derniers représentent les sucres simples et rapides comme le glucose, le saccharose ou le fructose. On les ajoute parfois pour donner un goût plus sucré. Il vaut mieux se tourner vers des produits dont le taux de sucre est le plus bas possible.

Fibres alimentaires

Là encore, il s’agit de sucres, mais dans une catégorie à part. Il y a des fibres que l’on peut digérer et d’autres non. Ces dernières servent au transit et au maintien de la flore intestinale.

Sel

Le sel est souvent ajouté dans les aliments ce qui favorise la consommation. Idéalement, il ne faudrait pas plus cinq grammes de sel par jour. On en consomme le plus souvent le double… ce qui favorise, les maladies cardiovasculaires, la déminéralisation osseuse et la prise de poids pour ne citer que ces inconvénients.

Polyols

Il s’agit d’édulcorants comme le mannitol ou le sorbitol. Un édulcorant est toujours ajouté pour donner un goût sucré.

Et l’eau ?

Les sulfates

Les sulfates sont à la fois laxatifs et diurétiques attention donc si vous avez tendance à avoir des diarrhées.

Les hydrogénocarbonates

Le taux de cet élément permet de garder un bon équilibre acido-basique ni trop acide ni trop alcalin (le contraire d’acide). Attention si ce taux est supérieur à 1300 mg/l.

Nitrates

Les nitrates en eux-mêmes ne posent pas de danger pour la santé. Cependant, lors de la digestion, les bactéries contenues dans l’intestin les transforment en nitrites qui ont un haut pouvoir oxydant. Il vaut mieux donc privilégier les eaux dont les taux en nitrates sont faibles.

pH

Le pH représente l’acidité de l’eau. S’il est inférieur à 7 on parle d’acidité dans le cas contraire on parle d’alcalinité. Il y a des partisans pour chacune des deux catégories concernant l’eau.

Et l’emballage ?

Certains emballages interagissent avec les denrées qu’elles contiennent et peuvent laisser passer des modificateurs hormonaux. Tel est le cas des plastiques avec le bisphénol ou les phtalates. Aujourd’hui, toute la lumière n’est pas encore faite sur les implications en termes de santé, mais il convient de rester vigilant et si possible de choisir le verre.

Article précédent

L'auteur : Franck Senninger

Franck Senninger est écrivain et médecin. Il écrit plus particulièrement des romans (Prix Littré, Prix du Rotary international, sélection au Prix Tangente de lycéens 2022), des nouvelles (Prix Cesare Pavese), des ouvrages de psychologie et de vulgarisation médicale. Ses livres sont actuellement traduits en italien, espagnol, portugais, polonais et en arabe. Il est membre de l'Académie Littré et ancien président du jury français du Prix Cesare Pavese (Italie). Il est aussi journaliste pour La Voce, le magazine des Italiens en France et cofondateur du Cercle Leonardo da Vinci, une association qui réunit les fils et amis de l'Italie. Il donne régulièrement des cours à l'Université Inter-Âge de Créteil et à l'Université Paris-Est Créteil. Petit-fils de philosophe, trois générations de médecins l'ont précédé ce qui explique sans doute son attrait partagé pour la plume et le stéthoscope.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.