Le mot de la semaine : anaphore

Anaphore

Une anaphore est une figure de style qui provient du grec αναφορα, action de se lever, appel, recours. Elle se caractérise par l'emploi répété d'un terme, d'un groupe de mots dans des phrases ou propositions qui se suivent. Cette répétition peut avoir une valeur d’incantation ou encore traduire l’importance accordée à un thème par l’auteur.

François Hollande a popularisé cette figure de rhétorique avec son fameux : Moi président…

Exemples :

  • Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré !
    Charles de Gaulle, extrait du discours du 25 août 1944

  • Rome, l'unique objet de mon ressentiment !
    Rome, à qui vient ton bras d'immoler mon amant !
    Rome, qui t'a vu naître, et que ton cœur adore !
    Rome enfin que je hais parce qu'elle t'honore !
    Corneille, Horace, IV,5

  • Demain ! J’irai demain voir ce pauvre chez lui,
    Demain je reprendrai ce livre ouvert à peine,
    Demain je te dirai, mon âme, où je te mène,
    Demain je serai juste et fort… pas aujourd’hui.
    Sully Prudhomme, Le temps perdu

Le mot de la semaine dernière : syllogisme

*

Retrouvez Périclès, l'un des plus grands orateurs de tous les temps, dans Je m'appelle Aspasie (Prix du Rotary International et sélectionné pour le Prix du Sénat).

Abonnez-vous à la Newsletter…

L'auteur : Franck Senninger

Franck Senninger est écrivain et médecin. Il écrit plus particulièrement des romans (Prix Littré, Prix du Rotary international, sélection au Prix Tangente de lycéens 2022), des nouvelles (Prix Cesare Pavese), des ouvrages de psychologie et de vulgarisation médicale. Ses livres sont actuellement traduits en italien, espagnol, portugais, polonais et en arabe. Il est membre de l'Académie Littré et ancien président du jury français du Prix Cesare Pavese (Italie). Il est aussi journaliste pour La Voce, le magazine des Italiens en France et cofondateur du Cercle Leonardo da Vinci, une association qui réunit les fils et amis de l'Italie. Il donne régulièrement des cours à l'Université Inter-Âge de Créteil et à l'Université Paris-Est Créteil. Petit-fils de philosophe, trois générations de médecins l'ont précédé ce qui explique sans doute son attrait partagé pour la plume et le stéthoscope.

4 Replies to “Le mot de la semaine : anaphore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.