Roman : I.G. Intelligence Génétique

Bande annonce

Sommes-nous le produit de nos gènes ou de notre expérience ?

4e de couverture

Marc Vernon, professeur en biologie moléculaire, découvre le moyen d’accélérer l’évolution de la nature vivante. Après quelques essais sommaires sur des animaux de laboratoire, il s’envole pour Denver dans le Colorado.
C’est le début d’un cauchemar pour sa jeune collaboratrice, d’autant plus que le professeur reste introuvable. Elle décide, au péril de sa vie, d’aller le rechercher et découvrira les secrets d’un passé qu’elle croyait enfoui à tout jamais.
À travers ce thriller inquiétant aux nombreux rebondissements se pose une question universelle : sommes-nous le produit de nos gènes ou celui de notre propre expérience ?

Pourquoi ce livre ?

La génétique est au coeur de l’actualité avec les vaccins proposés. Savez-vous que nous avons 98% de nos gènes en commun avec le chimpanzé et 85% avec une souris ? Le peuplier  nous bat à plate couture avec 40000 gènes alors que nous n’en avons que 25000. A quoi servent donc tous ces gènes ? Pourquoi avons-nous tant en commun avec certains animaux et pourtant sommes-nous si différents ? Pourquoi certains gènes présents dans notre patrimoine génétique ne s’expriment-ils pas ? Et si nous pouvions déplier l’ADN pour les libérer, pourrions-nous vaincre certaines maladies ? Pourrions-nous voir nos membres repousser comme les pieuvres ?

C’est la question que se pose le professeur Vernon, le héros de mon roman. Il réussit  à déplier l’ADN et c’est le début d’une histoire policière et d’espionnage car, bien entendu, les laboratoires pharmaceutiques veulent mettre la main sur son secret….

Histoire de ce roman

Lorsque j’ai eu l’idée d’écrie ce roman, je me suis rendu au laboratoire de biologie moléculaire de l’Université Paris VI à Jussieu. A l’époque, il y avait plein de tours en travaux pour cause de désamiantage.
J’ai vu la responsable du labo et je lui ai dit que j’étais médecin et romancier et que j’avais une idée qui consistait à inventer une molécule qui déplierait l’ADN. Cela, afin que certains gènes puissent s’exprimer afin de faciliter l’adaptation. J’appellerais cette molécule l’adaptaline.
Elle m’a répondu que cette molécule venait d’être découverte et qu’elle s’appelait le trithorax. Elle avait été à une conférence à l’Institut Pasteur le mois précédent et, si je voulais, elle pouvait me passer toute la documentation à ce sujet.
J’ai bien sûr accepté.

Il n’y avait plus qu’à écrire ce roman…

Chez l'éditeur et dans toutes les librairies physiques et virtuelles.

I

23 novembre — Paris

La grisaille humide enveloppait le pays depuis des semaines et ne donnait aucun signe de vouloir s’arrêter. Le ciel d’automne descendait si bas qu’il courbait les Parisiens pour les emmitoufler dans leur pardessus, le col relevé, la mine rendue plus sombre encore par l’aube qui tardait à poindre. Seul le macadam parsemé de flaques absorbait tous les regards, sans que personne n’accorde d’attention à son voisin. Parfois, une collision entre deux parapluies arrachait des soupirs excédés à leurs propriétaires respectifs. Ils murmuraient alors entre leurs dents un mot d’excuse qui sonnait comme un juron.

Marc Vernon, vêtu d’une gabardine et d’un chapeau noir pressa le pas et gravit en deux enjambées les quelques marches du parvis de la faculté de Jussieu.

Il se dirigea vers les bâtiments du quai Saint-Bernard, à l’autre extrémité du campus, avec un regard ironique pour le vaste fouillis qui l’entourait. Les tours et les différents étages ressemblaient à d’immenses parkings vides.

Cette université construite à grands frais promettait d’offrir aux chercheurs les meilleures conditions de travail, tant par la modernité de la technologie que par la sécurité des locaux. Les architectes, dans leur souci d’une meilleure isolation et d’accroître la résistance face aux produits chimiques, avaient placé de l’amiante dans tous les recoins ; jusqu’au jour où l’on s’était aperçu que ce matériau provoquait de nombreux cancers du poumon dans la population. On avait donc déclaré la zone insalubre et défloqué à coup de milliers d’euros les bâtiments contaminés. Il en allait ainsi de la nature profonde de l’homme qui, à force de modifier son milieu, créait un danger supérieur à celui qu’il voulait justement éviter. Le côté cocasse de l’affaire résidait dans le fait que certains collègues proches de Marc Vernon s’occupaient de santé et d’environnement à l’intérieur même de cette faculté et que personne ne s’était posé à l’époque la moindre question quant à l’innocuité de ces revêtements.

Lui-même du reste ne se sentait que très faiblement concerné par ce problème puisqu’il se chargeait de l’enseignement et des recherches en biologie moléculaire, une science aux confins de la génétique, de la chimie et de la physique. Bref, une discipline en pleine expansion où, si ses expériences se vérifiaient, il apporterait une contribution décisive à la compréhension de la vie. Il avait déjà obtenu des résultats satisfaisants sur ses animaux de laboratoire et rêvait de les tester sur du « matériel humain ».

Il gravit avec impatience une passerelle et monta les marches deux par deux jusqu’au quatrième étage du bâtiment, sans croiser âme qui vive à cette heure plus que matinale, et s’engagea dans un long couloir avant d’ouvrir une porte.

Une odeur fétide le saisit à la gorge. Devant lui s’étalait un grand nombre de cages où des rats de laboratoire gesticulaient dans tous les sens. De part et d’autre, des plantes aux espèces variées déployaient leurs feuilles vers les vitres, source de lumière et de vie.

L’homme ôta rapidement son couvre-chef détrempé et son pardessus pour les déposer sur une paillasse et s’approcha d’un couple de rongeurs. Il attrapa quelques morceaux de fromage dans une coupelle et les lança en direction de deux rats de laboratoire. Avec satisfaction, il vit le premier mammifère se précipiter sur la nourriture pour l’ingérer goulûment, tandis que l’autre, après avoir reniflé la pâture, s’en désintéressa préférant gratter les barreaux, sautiller sur place et couiner dans une entreprise de séduction comme s’il désirait être pris dans les mains.

Une voix féminine empreinte d’un accent italien prononça dans le dos de Marc Vernon :

— Bonjour Professeur !

  • Mes propres citations
  • Le vrai courage consiste à sourire devant l’infortune.
  • En France les règles de la circulation s’appliquent d’abord aux autres conducteurs plutôt qu’à soi, en Suisse en priorité à soi-même plutôt qu’aux autres, en Italie à personne et aux États-Unis à tout le monde.
  • Les croyances sont les chaînes du savoir.
  • Dans la famille on a toujours des solutions, comme ça on n’a jamais de problèmes.
  • Les livres sont comme les belles femmes. Le plaisir est plus grand quand on les feuillette. Il ne faut pas se contenter de regarder leur dos.
  • Si certains affirment que l’amour est proche de la haine, c’est qu’ils ne sont pas plus capables de l’un que de l’autre.
  • On dit parfois d’une personne : je ne la reconnais plus. Elle a changé. Tout le monde change, même ceux qui font cette observation.
  • Le présent est toujours le plus fort, il enterre le passé et enfante l’avenir. Il faut parfois savoir tuer le passé pour que naisse l’avenir.
  • Plus la vie paraît vide, plus elle pèse.

I.G. Intelligence Génétique dans JAMIF

I.G. Intelligence Génétique dans JAMIF

Tous les éléments sont réunis pour nous tenir en haleine… Ce roman passionnant est à découvrir absolument. (Jean-Pierre Allali)

I.G. Intelligence Génétique dans Le Parisien

I.G. Intelligence Génétique dans Le Parisien

Le dernier ouvrage du médecin (en 2013)

I.G. Intelligence Génétique dans Sucy Info

I.G. Intelligence Génétique dans Sucy Info

La passion de l'auteur pour la génétique devient contagieuse pour le lecteur…

I.G. Intelligence Génétique dans Le Quotidien du Médecin

I.G. Intelligence Génétique dans Le Quotidien du Médecin

Nul besoin d’être médecin pour suivre avec intérêt les aventures de Marc Véron

I.G. Intelligence Génétique dans Le Dauphiné libéré

I.G. Intelligence Génétique dans Le Dauphiné libéré

L’histoire est bien romancée, d’un style agréable et bien documentée sur un plan scientifique

  • Suite au salon du livre à coulommiers, et la lecture de votre livre IG, juste un mot pour vous remercier pour ce roman si plaisant,  j'ai beaucoup aimé,  bonne continuation !
  • Comme promis je reviens vers vous pour partager mon expérience de la lecture de votre livre. Alors tout simplement génial, j'ai adoré l'histoire, votre style d'écriture, l'intrigue, le sujet médical qui m'a envouté (j'adorais approfondir le sujet !).

—–

  • Je profite pour vous dire que l’histoire des gènes qui changent de génération en génération, je la vois très clairement dans l’histoire de ma famille, dans l’histoire d’autres familles et chez mes oiseaux. J’ai des canaris dans une volière qui communique avec le balcon. J’ai vu des oisillons  passer du nid au sol de la cage et, je ne sais plus si c’est la génération immédiatement après ou plus tard  d’autres oisillons sortir de leur nid, passer à travers la porte de la cage et aller se percher sur une branche. J’ai plein d’exemples de ce type-là. C’est magnifique. Aussi, en lisant votre livre, j’ai eu quantité d’images qui ont épousé vos lignes.

Z.S.

—–

  • C'est un livre tout à fait passionnant. on est happé dès les premières pages et on ne peut plus lâcher le livre jusqu'à la dernière.

Isabelle

—–

  • Bravo! Je le trouve extrêmement bien écrit : il y a l'intrigue, le rythme, le style épuré qui convient au genre. C'est parfait et rondement mené.

Catherine

—–

  • Je me suis régalée et j'ai aussiôt passé ce livre à mon fils.

Anne

—–

  • Franck, j'ai lu ton livre, et je l'ai trouvé excellent, vraiment. Cela fait des années que je n'ai rien lu d'aussi bon. Un grand bravo et surtout, merci, tu m'as fait passer un bon moment.

Pierre

—–

  • Remarquable et très original, ce captivant roman à l'écriture séduisante et subtile, ménage par de nombreux rebondissements un suspense constant.  » Intelligence Génétique », qui amène le lecteur à réfléchir sur des questions scientifiques essentielles, a toutes les qualités d'un thriller biologique et du roman d'aventure. Un immense plaisir tout en s'instruisant. Excellent ouvrage !

Monique Lamarche

—–

  • C'est du pur Senninger !!  avec beaucoup d'imagination et les rebondissements comme je l'avais déja remarqué pour l'épervier du Roi. Bravo pour le suspense et les astuces. J'ai bien aimé le « passage » à l'état de marsouin : astucieux !!

Abraham de Voogd

—–

  • J'ai adoré ce dernier livre, je l'ai dévoré comme mes amies à qui je l'ai prêté. C'est celui que j'ai préféré, vivement le prochain !

I.A.

—–

  • Tout pour plaire : un roman palpitant où la science et la philosophie se mêlent, le suspens reste présent du début à la fin. L'écriture est subtile, les héros sont attachants. Seul regret : On le dévore trop rapidement! A quand le prochain?

M.N.

—–

  • N'étant pas fasciné par la science-fiction, je pouvais craindre n'être que modérément captivé par votre « Intelligence génétique ». Erreur ! Je l'ai lu d'une traite en l'assimilant à un roman policier avec d'innombrables rebondissements. Ce qui n'exclut pas qu'il pose la question essentielle de la maîtrise de soi. Le trithorax pose en effet le problème d'une domestication technique non inédite mais systématique si cette molécule est technocratiquement utilisée, exploitée. Mais cette hypothèse relève d'une évolution pessimiste que l'optimisme de votre ouvrage écarte au profit d'un dénouement qu'on supposera durablement heureux car étayé non sur un produit miracle, mais sur l'énergie créatrice de l'amour … Merci pour cet ouvrage distrayant et réflexif. Compliments !

 René Bourreau

—–

  • J'ai lu votre livre. Je devrais dire : dévoré ! Et j'ai a-do-ré !! Histoire palpitante, chapitres rythmés, je me suis sentie comme attachée sur un ballon qui rebondissait de page en page, impossible de m'arrêter jusqu'à la fin ! Et comme c'est la première fois que je lis un livre dont je connais l'auteur, j'avoue que cela donne un cachet particulier à la lecture …. Si vous avez d'autres idées dans le genre dans un coin de votre tête, n'hésitez pas ! mettez les par écrit !! j'en redemande ! Bravo et merci.

E.P.

—–

  • Surtout continuez d'écrire, c'est un vrai plaisir de vous lire !

L.R.

—–

  • D'habitude, je n'aime pas lire ! Mais là j'ai dévoré I.G. Intelligence génétique en trois jours.

P.C.

——

  • Roman très prenant, beaucoup de suspense ! Écriture fluide, les explications scientifiques sont très abordables. Je l'ai dévoré!

A.M

—–

  • Ce roman est un véritable puzzle. Les pièces se mettent peu à peu en place et l'on est de plus en plus pressé au fil de la lecture de découvrir la fin. Extra !

G.G.

—–

  • Je viens félicité l'auteur, j'ai beaucoup apprécié le roman « I.G. l'intelligence génétique ». J'espère que vous aurez beaucoup d'autres créations. Encore merci pour cet agréable moment de lecture,

T.B.

—–

  • Le top du suspsens !

B.T.

—–

  • Quel suspens ! J'ai lu le livre en trois jours sans arrêter. On est vraiment happé par l'histoire. Mille bravo !

M.L.

—–

  • J'ai lu votre livre très rapidement et j'ai beaucoup aimé ! Pouvez-vous me donner un peu trithorax ? Toutes mes félicitations : vous avez réussi à me faire évader l'esprit.

M.J.S.

—–

  •  Après de merveilleux romans historiques, Franck Senninger nous transporte dans un autre univers alliant suspense, aventure, génétique. J'ai été happée par ce roman : lorsqu'on le commence on est foutu ! Il est plein d'idées, de rebondissements, on ne s'ennuie pas une seconde. Le coté scientifique et son pouvoir de changer le monde met du piment à l'histoire. Je vous prescris ce livre mais je ne suis pas médecin!!!!! PS : toutes mes félicitations docteur

G.W.

—–

  • Remarquable ! L'intérêt ne faiblit pas. Outre ses qualités de thriller, ce roman est émaillé – surtout vers la fin – de pertinentes  réflexions sur la vie ; j »apprécie, entre autres, « le passé, le présent et l'avenir ». Qualité de l'écriture, suspense et imagination bien contrôlée et bien étayée scientifiquement. Mille fois bravo.

J.J.B.

—–

  • Un roman à l’intrique haletante et dans lequel la passion de l’auteur pour la génétique devient contagieuse. Alliant tous les atouts du thriller, de la science-fiction et du roman d’aventure, Intelligence Génétique offre une impressionnante sensation de liberté. Merci docteur !

O.S.

——

  • J'ai adoré la lecture de votre nouveau roman: Intelligence Génétique : un thriller original alliant subtilement suspens, détente et vulgarisation scientifique ; l'intrigue est passionnante. Je l'ai « dévoré » ce week-end.

M.L.

—–

  • Un livre à mettre entre toutes les mains. Il est très instructif sur le plan de la génétique et en plus l'histoire est passionnante. J'ai adoré.

A.S.

L'auteur : Franck Senninger

Franck Senninger est écrivain et médecin. Il écrit plus particulièrement des romans (Prix Littré, Prix du Rotary international, sélection au Prix Tangente de lycéens 2022), des nouvelles (Prix Cesare Pavese), des ouvrages de psychologie et de vulgarisation médicale. Ses livres sont actuellement traduits en italien, espagnol, portugais, polonais et en arabe. Il est membre de l'Académie Littré et ancien président du jury français du Prix Cesare Pavese (Italie). Il est aussi journaliste pour La Voce, le magazine des Italiens en France et cofondateur du Cercle Leonardo da Vinci, une association qui réunit les fils et amis de l'Italie. Il donne régulièrement des cours à l'Université Inter-Âge de Créteil et à l'Université Paris-Est Créteil. Petit-fils de philosophe, trois générations de médecins l'ont précédé ce qui explique sans doute son attrait partagé pour la plume et le stéthoscope.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.