Livre Santé : Les vertus du chocolat

A travers ce livre, le chocolat, « nourriture des dieux », offre ses secrets aux gourmands de plaisir et de connaissance.
Devant le succès de « Les bienfaits du chocolat » les éditions Jouvence réédite l'ouvrage, mis à jour et augmenté, sous le nom « Les vertus du chocolat ».

 

La production de fèves de cacao s'élève à trois millions de tonnes par an, elle représente la troisième denrée exportée au monde, après le café, et le sucre. Si le chocolat est bon pour notre palais, il l'est également pour notre corps et notre moral: il abaisse la tension artérielle, fluidifie le sang, combat les rhumatismes, stimule le cerveau, diminue le stress… et possède bien d'autres propriétés encore.

Toutes ces vertus sont dues à certaines molécules particulières parmi les 800 recensées.

Ces substances actives sont décrites ici de façon plaisante et instructive. Un livre sur le chocolat ne méritait pas d'être indigeste à la lecture! Pour cela, des clins d’œil complices au lecteur émaillent les pages et permettent de simplifier les explications scientifiques.

Sortie le 13 février 2017

Chez l'éditeur, dans toutes les librairies physiques et virtuelles

Pour nos amis Canadiens, vous pouvez vous procurez le livre chez Renaud Bray

Si l’on se réfère aux quelques citations présentes dans l'onglet suivant le chocolat ne présente que des qualités et ne souffre aucune critique. Qu’en est-il de ces vertus supposées ou réelles ?

Cet ouvrage, destiné à tous les passionnés du chocolat, a pour objectif de les éclairer sur l’objet de leur gourmandise. Il se veut avant tout plaisant et instructif. Un livre sur le chocolat ne méritait pas d’être indigeste à la lecture.

Pour cela des clins d’œil complices au lecteur en émaillent les pages, permettant de simplifier les explications scientifiques trop souvent inaccessibles.

La répartition des chapitres sous forme de questions-réponses permet un grignotage des informations par-ci par-là ou une lecture plus linéaire en fonction de l’envie de chacun.

Donc, bon appétit…

Nos ancêtres les gaulois consommaient déjà du cacao

Faux

Le cacaoyer provient probablement de la haute Amazonie et aurait ensuite été planté suivant les variétés en Amérique centrale par les Mayas il y a plus de 2000 ans (ou peut-être par leurs prédécesseurs, les Olmecs, il y a 2600 ans), et vers le sud de l’Amérique pour la variété Forastero.

Hernan Cortés, un conquistador espagnol, fut le premier à rapporter les fèves de cacao en Espagne. La légende dit que Christophe Colomb en avait au préalable reçu en offrande de la part des Amérindiens mais qu’il les aurait passées par-dessus bord, les prenant pour des crottes de chèvres…

Les Olmecs, les Mayas et, à leur suite, les Aztèques, révéraient le cacaoyer qu’ils qualifiaient de « nourriture des dieux », expression qui se reflète dans le nom latin (emprunté au grec) Theobroma, que le botaniste Linné lui a donné plus tard.

Ces Amérindiens cultivaient donc dans leurs jardins cette nourriture des dieux et partageaient volontiers avec eux les graines de cacao sous forme d’une boisson assaisonnée de miel, de piment fort et d’autres condiments.

Lorsqu’ils avaient besoin d’une nourriture plus consistante, ils lui ajoutaient de la farine de maïs.

Par la suite la découverte de la canne à sucre permit d’adoucir le goût amer de ce breuvage.

En Europe, nos ancêtres méconnaisaient le chocolat. En France, on découvrit la boisson chocolatée à l’occasion du mariage entre Louis XIII avec l’infante d’Espagne Anne d’Autriche en 1615. Toutefois ce n’est que leur fils Louis XIV et la reine Marie-Thérèse d’Autriche qui en introduisirent l’usage à la cour.

Ainsi la marquise de Sévigné déclare-t-elle dans l’une de ses Lettres le chocolat « vous flatte pour un temps, et puis il vous allume tout d'un coup une fièvre continue… » de quoi faire rêver bien des femmes.

Du reste aujourd’hui, un récent sondage révèle que les femmes anglaises préfèrent, dans leur majorité, le chocolat à… l’amour. Voilà qui invite à la modestie la gente masculine. Encore que les plus futés de ces messieurs pourront offrir à l’objet de leur flamme quelques carrés d’un bon chocolat en guise de préliminaire.

La patience, c'est comme le chocolat… On n'en a jamais assez ! (Christelle Heurtault)

La plupart des biscuits aux pépites de chocolate renferment pas assez de pépites de chocolat (Judith Olney)

Aimez le chocolat à fond, sans complexes ni fausse honte, car rappelez-vous : « sans un grain de folie, il n'est point d’homme raisonnable (François de La Rochefoucauld)

Les personnes qui boivent régulièrement du chocolat se distinguent par leur bonne santé et leur résistance à toutes sortes de maladies mineures qui troublent la sérénité de la vie (Anthelme Brillat-Savarin)

La vie est comme le chocolat, c'est l’amer qui fait apprécier le sucre (Xavier Brébion)

L'auteur : Franck Senninger

Franck Senninger est écrivain et médecin. Il écrit plus particulièrement des romans (Prix Littré, Prix de l'Orvanne littéraire du Rotary international), des nouvelles (Prix Cesare Pavese), des ouvrages de psychologie et de vulgarisation médicale. Ses livres sont actuellement traduits en italien, espagnol, portugais, polonais et en arabe. Il est membre de l'Académie Littré, président du jury du Cercle Leonardo da Vinci et ancien président du jury français du Prix Cesare Pavese (Italie). Il est aussi journaliste pour La Voce, le magazine des Italiens en France. Petit-fils de philosophe, trois générations de médecins l'ont précédé ce qui explique sans doute son attrait partagé pour la plume et le stéthoscope.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *